Nous sommes le 29 décembre et l’année se termine déjà !
Cette année sera vraiment passée à toute allure et elle fut très riche en émotions positives et négatives. Je pense que si je devais résumer cette année en un mot, ce serait : ascenseur émotionnel (bon ok, ça fait 2…).

Prêts pour une petite rétrospective ?

Ma vie créative en 2017

En mode feignasse ?

Soyons honnête, elle ne fut pas folichone.
Cette année, je suis clairement restée dans ma zone de confort et j’ai trop peu créé à mon goût. Exit les jolies résolutions que j’avais prises comme apprendre le Jacquard.

Je ne saurais expliquer d’où m’est venue cette « flemme » monumentale qui finalement ne me ressemble pas. J’aime tester et apprendre de nouvelles choses alors…
Une partie de l’explication réside, peut-être, dans les tests entrepris pour les tricopines. De chouettes expériences enrichissantes à n’en pas douter mais un stress immense en a découlé, me faisant perdre une partie de ma motivation pour les projets personnels.
Je voulais être au top, dans les temps, ne louper aucune erreur, aucune coquille. Bref, je me suis mis une énorme pression inutile et chaque projet terminé était comme une libération tellement ils me faisaient souffrir psychologiquement. Il me fallait ensuite au moins un mois pour me remettre de la pression que je m’étais mise alors j’ai décidé qu’en 2018, je disais stop à tout ça !
J’ai décidé de définitivement mettre un terme à cet aspect du tricot en ne participant plus aux KAL et tests même s’ils me font vraiment très envie à chaque fois.
Les travaux d’aiguilles doivent rester pour moi un moment de plaisir.

Bilan Créatif

- Tricot -

  • 5 Châles
  • 1 bérêt
  • 2 écharpes
  • 1 pull
  • 1 gilet

- Couture -

  • 2 robes
  • 6 jupes
  • 1 haut

Apprendre, encore et toujours...

L'apprentissage en autodidacte a parfois ses limites

2017 fût aussi l’année où j’ai découvert que depuis le début je tricotais mal mes mailles envers.
Etant gauchère, je tournais naturellement le fil dans le sens inverse que celui où il aurait du tourner. Cela rendait mon jersey assez inesthétique et je ne parvenais pas à comprendre pourquoi.
Cette erreur me posait aussi de gros problèmes sur certaines mailles comme les 3 mailles ensemble qu’il m’était presque impossible de réaliser.
Après de longues discussions avec d’autres tricoteuses, j’ai appris que mes mailles envers ne se présentaient pas correctement et que je tricotais des mailles torses…
Désormais tout est rentré dans l’ordre pour mon plus grand bonheur.
L’apprentissage en autodidacte a parfois ses limites !

2017, l'année où je suis tombée amoureuse du style rétro années 50...

Ce fût, je crois, ma plus grosse révélation cette année. J’ai 31 ans et j’ai toujours beaucoup tatonné à la recherche d’un style qui irait à mes rondeurs tout en étant confortable, joli. Un style qui parlerait à mon côté petite fille romantique, princesse moderne.
J’ai longtemps lorgné sur le style des lolitas japonaises. J’ai commencé par adorer les sweet lolitas avant de préférer les classic lolitas et leur look un peu plus « passe partout » (tout est relatif car en réalité la lolita, du moins en France, est tout sauf passe partout).
J’y ai pas mal réfléchi et je n’ai jamais osé franchir le pas. Les lolitas en France sont malheureusement mal vues (qu’est-ce que j’aurais aimé en voir davantage !). Je vivais dans un petit village où j’aurais vite été vue comme l’extravagante du coin et je n’osais songer à une éventuelle recherche d’emploi dans l’administratif vêtue ainsi.
Bref, je n’étais pas prête à assumer et pas prête non plus à changer de style pour rentrer dans le moule érigé par la société chaque fois que mon look serait inapproprié.
C’est alors que j’ai commencé à tomber par hasard sur les « pin-ups modernes ».
Et là, ce fût, pour moi, un véritable coup de foudre. Le style que j’avais toujours cherché au fond de moi. Moi, l’amoureuse des robes à cerceaux et jupons des films d’époque, moi l’amoureuse des tenues féminines…
Bref, après des années et des années, j’avais trouvé mon style. Celui qui met ma silhouette en valeur et qui me donne plaisir à m’habiller chaque matin.
Je suis encore, à l’heure actuelle, un bébé pin-up dans le sens où ma garde-robe n’est pas très fournie et où mes maquillages et coiffures ne rassemblent pas encore tous les codes pour me définir comme telle mais j’avance à mon rythme avec beaucoup de bonheur.
Inutile de vous dire qu’on se retourne sur moi dans la rue mais je m’en moque totalement. Je me sens bien vêtue ainsi même si ce n’est pas commun. Et je pense que c’est ça que je cherchais au fond : pouvoir être moi sans rentrer dans un moule qui ne m’irait pas et me donnerai l’impression de jouer un rôle ou d’être quelqu’un que je ne suis pas.
J’aime mes jupons et mes jupes cercle midi (qui coûtent un bras en tissu !) et je compte bien me faire une garde-robe digne de ce nom en 2018 !

Mes débuts avec le style pinup
2017 - Mes débuts avec le style rétro des années 50

Ma vie professionnelle en 2017

Mme Pelote et M. Bobine sont nés...

Naissance du logo Doux Tricot
2017 - Doux Tricot a son propre logo !
Les tout premiers Doux Carnets

En début d’année, je vous avais présenté mes 2 petites mascottes : Mme Pelote et M. Bobine. L’engouement fût tel qu’on m’a très vite conseillé de les déposer pour me protéger.
Me voilà donc partie me renseigner à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat pour déposer ces petits personnages et commencer à être suivie pour le lancement de ma boutique en 2018.
Mais, je me suis très vite retrouvée face à une personne insistante pour que je lui présente des versions finales de tous les objets que je voulais vendre en boutique, à faire des prévisionnels alors même que ma propre vision était encore très floue.
Je me suis sentie pressée, moi qui aime avancer à mon rythme et comme freinée dans l’élan créatif propre au lancement d’un nouveau projet.
Le RDV de trop fût celui où je me suis vue proposer de vendre mes tricots dans les boutiques ou sur des salons pour rendre l’activité « rentable ».
Ce n’était pas du tout la vision que j’avais de mon propre projet.
Je le voyais (et le voit toujours) comme un complément de revenus, un moyen de payer les frais d’hébergement et le matériel des DIY que je vous propose.
Après si je pouvais en vivre, bien sûr que ce serait merveilleux mais pouvoir décharger mon budget personnel des frais inhérents à mes activités en ligne serait déjà très bien !
Ainsi donc, j’ai décidé de me débrouiller toute seule et de faire les choses comme moi je les sens et de vous proposer une boutique orientée papeterie, organisation et petites illustrations maison.

Cette année, ceux qui me suivent sur Instagram ont aussi pu assister à ma 1ere vente test sur A Little Market. Une première vente destinée à me conforter ou non dans mon projet. A m’indiquer si j’étais sur la bonne voie ou pas.
Mon mini stock s’est écoulé en une semaine et j’ai atteint les modestes objectifs que je m’étais fixée.
D’ailleurs : MERCI, MERCI, MERCI !!!

Ainsi donc janvier 2018 verra l’ouverture officielle de ma petite boutique en ligne 🙂

Le blog ? YouTube ? Des projets en stand-by...

Le blog aussi a souffert de cette année en demi-teinte. Très peu d’articles sur 2017. 6 articles en tout et pour tout, j’en aurais presque honte !
J’ai passé mon temps à revoir mon design, mes catégories et à travailler en back-office pour des changements mineurs qui n’apportaient finalement pas grand chose.
Beaucoup d’incertitudes et de remises en question quant à ce que je faisais.
C’est ce qui a fini par me pousser à arrêter, à regrets, la blogschool. Il a fallu faire des choix budgétaires et j’ai décidé de privilégier ma boutique en ligne à la formation blogging que je suivais.
Je suis restée presque une année à la blogschool et elle m’a sans nul doute apporté beaucoup. Les résultats ont été flagrants dès les 1ers mois. Ce fût une merveilleuse aventure !

Un de mes grands objectifs pour 2017 était de développer ma chaîne YouTube. Inutile de vous dire que ce fût râté aussi pour le coup puisque vous ne m’y avez vu que début décembre.
Ceci dit, petite victoire pour moi car c’était un tutoriel très attendu que j’ai réussi à sortir en temps et en heure sur décembre ! (sans annonce suivi du néant…).

Doux Tricot et le blogging

Ma vie personnelle en 2017

Doux Tricot à Disneyland - Janvier 2017
Janvier 2017 - Il faisait sacrément froid à Disneyland !
Doux Tricot à Fécamp en mai 2017
Mai 2017 - Entre amis à Fécamp, une jolie parenthèse hors du temps...
Doux Tricot au restaurant - Mai 2017
Mai 2017 - Le dernier restaurant avec ma soeurette partie dans le Sud
Doux Tricot à Disneyland en août 2017
Finir l'année comme elle avait commencé à Disneyland...

Je pense que nous tenons là les vraies raisons de mon absence sur le blog et les réseaux en 2017.
Ma vie personnelle a été faite de rebondissements assez inattendus pour certains et toute ma routine quotidienne a été chamboulée.

J’ai décidé de me livrer un peu et de vous raconter.

Je vous avais déjà parlé du chômage non prévu de mon chéri.
Par contre, je ne vous avais pas raconté que vers la fin de cette année de chômage, nous avons appris que l’ex employeur du chéri le dénigrait dès qu’il en avait l’occasion afin que sa vie professionnelle soit fichue.
A ce moment là, nous avons compris les nombreux entretiens positifs qui se soldaient par un silence total dès lors que chéri relançait pour avoir des réponses, les nombreux refus.
Bref, je passerai là sur ces pratiques que je connaissais et qui me dégoutent au plus haut point de l’espèce humaine. Les gens n’ont-ils pas une vie ? Pourquoi se concentrer à détruire la vie des autres plutôt que de s’occuper à construire son propre bonheur ?
Je crois que je ne comprendrai jamais toute la haine et la méchanceté qui réside dans ce monde. On a tellement plus à faire avec l’amour !
A ce moment là, chéri et moi étions au 36e dessous. Nous nous demandions sérieusement ce qui allait nous arriver parce que je n’ai pas d’emploi non plus. On voyait le compteur des mois défiler et l’angoisse monter. Je songeais sérieusement à arrêter mes activités entreprenariales pour prendre un petit boulot alimentaire, n’importe quoi qui aurait pu payer le loyer.

Et puis, les nuages s’en sont allés et le soleil est réapparu. Au moment même où j’allais dire adieu à mes rêves, chéri a décroché le CDI de ses rêves.
Un job trop cool qu’il n’osait même pas espérer. Un feeling exceptionnel avec le recruteur avec qui il a joué la carte de l’honnêteté. Un recruteur qui a décidé de lui donner sa chance et ne pas tenir compte du ressenti de son ex-employeur.
9 mois maintenant que chéri a trouvé sa place et un job qui lui plaît <3

Alors parfois, j’ai envie de dire merci à l’ex employeur indélicat qui lui a permis de trouver encore mieux que ce qu’il espérait !

Vous vous doutez bien que l’histoire ne s’arrête pas là…

Le boulot de chéri était à 130km aller/retour de notre logement actuel alors il a été clair qu’il allait falloir quitter notre campagne et déménager.
Mon logement, j’en étais juste amoureuse et ça a été un gros coup au moral quand j’ai vu qu’en plus de retourner vivre dans un coin que je n’aimais pas, il faudrait réduire les m² car les locations étaient hors budget.

Un coup dur de plus non prévu.
Mais comme je vous disais : ascenseur émotionnel, du positif est venu contrebalancer ma déception. En désespoir de cause, nous avons tenté de nous renseigner sur la construction de maison. Autant vous dire qu’au vu de nos revenus et notre situation, je n’y croyais absolument pas !
Mais à croire que les années de privation et économies ont fini par payer car le projet est devenu possible et il est même en cours de réalisation !

Je ne pouvais pas terminer ce bilan sans parler brièvement de mon hospitalisation de fin d’année.
Trop d’émotions, trop de chamboulements et me voilà en train de craquer totalement. Un petit séjour d’une semaine en hopital psychiatrique m’a permis de remettre les pendules à zéro, de prendre soin de moi et de repartir du bon pied.

Alors si on résume cette année totalement épuisante et incroyable, je dirais que ce fût l’année des changements.
Je crois que la trame de 2018 est posée et l’avenir nous sourit à nouveau.

Lancement de mon entreprise et construction de notre petit nid d’amour, que demander de plus ?
Ah si, un peu de vacances peut-être ? 😀

La vie est une garce mais parfois, elle est quand même sacrément chouette 🙂

Et vous, c'est quoi votre bilan de l'année ?
2017, ça a été quoi pour vous ?
doux-tricot-profil
Sarah - Doux Tricot
Créative Passionée

Cet article a 4 commentaires

  1. Coucou Sarah,
    Malgré nos nombreuses discussions sur Instagram, je me rends compte que j’étais loin d’être au courant de tous les tourments qui t’occupaient cette année. Je me sens presque coupable. Je suis cependant soulagée d’apprendre que certains projets se soient mieux déroulés que prévus (le CDI trouvé par ton chéri) et que d’autres sont sur de bonnes voies pour l’année à venir.
    Je te souhaite de tout coeur que ta boutique fonctionne bien, tu le mérites !
    J’espère avoir l’occasion de te rencontrer enfin cette année, ça serait vraiment chouette 🙂 Ca devrait pouvoir se faire normalement, puisque je reviens à Paris, et cette fois pour un bon moment.
    Je te souhaite vraiment le meilleur pour l’année à venir, et sois un peu plus clémente avec toi 🙂

    1. Merci pour ton gentil commentaire qui me va droit au coeur.
      Il ne faut pas se sentir coupable. Je n’ai pas raconté parce que je n’aime pas embêter les gens avec mes problèmes. Je préfère prendre le recul nécessaire afin d’en parler plus posément lorsqu’ils sont loin derrière. Et puis dans le cas présent, personne ne pouvait rien y faire 😉
      J’espère aussi de tout coeur que nous pourrons nous rencontrer. Paris n’est plus qu’à 2h de chez moi en voiture et 1h en train alors…
      Je te souhaite à toi aussi le meilleur pour 2018 <3

  2. Un bilan d’une grande honnêteté, c’est vrai que la vie est une garce . Tu as su tirer les leçons des « échecs » , abandonner avec regret les tests mais y gagner de la sérénité. Je te souhaite le meilleur pour l’année à venir.

    1. Merci pour ton gentil commentaire.

      J’avoue avoir pas mal hésité sur le passage de l’hôpital psy… Chéri (qui relit mes articles pour avis) n’était pas forcément pour.
      Dans l’esprit de pas mal de personnes, hôpital psychiatrique = malades mentaux graves.
      Pourtant, ils ont plusieurs services et dans le mien, il n’y avait rien d’autre que des personnes dépressives tout à fait saines d’esprit. Des gens qui avaient besoin de repos, de faire le point, de couper de leur quotidien.
      Tout comme moi. D’ailleurs, là bas, je n’ai pas eu un seul médicament (anxiolytique ou antidépresseur), c’est dire…
      Alors j’ai décidé d’assumer le fait que mon moral a flanché et que j’ai eu besoin d’un peu de repos pour mieux repartir ensuite.

      Je te souhaite à toi aussi le meilleur pour 2018 🙂

Laisser un commentaire

Fermer le menu